Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 08:00

Pourquoi le détachement préserve et assure la sérénité en tous lieux. Pourquoi l’humilité est signe de sagesse.

 

wài qí shēn ér shēn cún

Extérieur – Sa – Vie – Mais – Vie – Exister

 

[wài] signifie à/vers l’extérieur, autre, étranger, externe, en dehors de, au-delà, en plus ou non officiel. [cún]signifie exister, survivre, accumuler, collectionner, vérifier, réserver, retenir, être en stock, chérir ou abriter. Cf. 6-3.

 

Trad.1 :

Il met sa personne en périphérie, n’a pas soucis de son corps, se dégage de son corps, est insoucieux de sa vie, ne fait aucun cas de lui-même et alors sa personne est vivifiée, son corps, sa vie se maintient, se conserve, il se maintient en vie, arrive à se maintenir vivant

♥ « Oubliant sa personne, il la conserve.» (Docteur Marc Haven et Daniel Nazir)

♣ «Il néglige son moi et son moi se conserve.» (Liou Kia-hway)

► Centré sur l’intérêt désintéressé du sage : il oublie son être pour prolonger sa vie ou éviter les tracas, ce qui rejoint 2-12 « Mène sa vie sans la posséder ».

 

Trad.2 :

Il se met à l'écart, et pourtant demeure présent (Marcel conche)  En oubliant sa personne, il s'impose au monde (Conradin Von Lauer)

► Centré sur la position du sage vis-à-vis des autres : il est reconnu comme sage parce qu’il s’est placé en retrait par rapport au monde ou son ego.

 

foetus nb

 

Contre-sens ?

Même remarque que 7-4 : il devrait être ici moins question du corps et de la santé que de la vie du sage en général, de son détachement. Stephen Mitchell, une fois de plus, s’éloigne des caractères chinois avec un « Il est détaché de toutes choses; c'est pourquoi il est un avec elles », oubliant que « toutes choses » se traduit par (Cf. 1-4)

 

♫ Extérieur à sa vie, il la préserve

 

Réflexions ?

1. Le plus obnubilé par sa santé sera le plus souvent malade.

2. Ne pas attirer le regard sur soi, ne pas se mettre en avant, permet de passer entre les problèmes. « Mets donc le levier en toi et quitte-toi ! Car, en vérité ! si tu ne te fuis pas d’abord, alors, où que tu fuies, tu trouveras toujours empêchement et trouble » écrit Maître Eckhart (p.161)

3. Sans culte de la beauté, sans besoin de se regarder continuellement dans la glace, nous n’aurions pas recours à toutes ces crèmes chimiques (deux à trois cents substances chimiques différentes par jour et par femme, en moyenne, du fait des seuls cosmétiques) qui favorisent le vieillissement de la peau et de l’organisme. Comprenant le beau, le laid apparaît (2-1) Sans la tyranie de la beauté, les femmes resteraient ainsi belles plus longtemps… Voir le site www.beautebio.ch

4. « Du fait que l’idée d’un « moi » ou d’une « personne » lui est étrangère et n’ayant ni attachement ni aversion envers toutes choses, il peut tout le temps être libre et se sentir à l’aise en toutes circonstances. Il peut passer par le processus de la naissance ou de la mort, mais un tel processus ne peut jamais le lier, de sorte que la question de la naissance ou de la mort ne se pose pas pour lui. » (Un bouddhiste chinois de la secte de méditation, tiré du livre Houeï-Neng, le sixième patriarche zen, Albin Michel, p.129)

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0

commentaires

sam 18/12/2011 22:04

j'ai cherché longtemps des réponses à mes questions, des mots à mettre sur ce que je n'arrivais pas à exprimer mais que je sentais confusément au plus profond de moi. C'est en tombant par hasard
sur quelques pensées de lao tseu que la révélation s'est faite, et aujourd'hui, ce blog me permet d'aller plus loin encore ds la recherche de la paix intérieure. Merci