Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 08:00

Pourquoi le non-être génère et définit l’être : « Je ne suis pas donc je suis ! »

 

wú zhī yǐ wéi yòng

"Il n’y a pas" – [liaison] – Afin de – Devenir – Utiliser

 

Reprise de la formule précédente avec et en place de et .

 

Trad. 1:

Que le non-être (Principe inconnaissable) emploie / C'est par le Non-Être qu'on les utilise / Mais c'est du non-être dont nous avons l'usage / Mais c'est le non-être qui le rend efficace

♥« L'usage naît du non-être » (Stanislas Julien)

► Comment définir le Non-Être ? Par le « vide d’ego » analysé en 1-5 ?  Par le fait de « mener sa vie sans la posséder » de 2-12, d’être « extérieur à sa vie » de 7-5, de « se retirer une fois l’œuvre accomplie » de 9-5 ou encore d’ « agir avec l’impassibilité de la femelle ? » de 10-5 ?  Aller à la rencontre du vide en soi, pratiquer la non-action et le non-savoir nous permettrait certainement d’être plus efficace, de mieux nous employer.

 

Trad. 2 :

« Et le non avoir l'usage » (Père Claude Larre)

► Fort bien mais l’avoir ne contenait-il pas intrinsèquement le non avoir ?

 

Trad. 3 :

Mais c'est de son absence que naît le fonctionnement des choses / On se sert de ce qui n’y est pas / Mais c'est de ce qui est absent qu'on peut faire usage / Ce qui n'est pas sert à œuvrer.

♥ « De ce qui n'est pas, on fait usage. » (Catherine Despeux)

« Le rien en fait l'utilité » (Marcel Conche)

► Les choses sont comme elles sont et nous sommes susceptibles d’en jouir, d’en tirer profit mais seulement parce que ces choses s’appuient, s’ouvrent ou évoluent sur/dans l’absence de quelque chose. Il est question ici du principe inconnaissable, de ce qui semble vide, invisible, immatériel.

 

 

verre_moitie_vide_nb.jpg

 

Trad. 4 :

Que seul le vide permet d'utiliser / C'est le vide qui en fait l'utilité / Mais c'est le vide qui leur donne sens / Et ce qui est vide est utile.

► Cette absence de quelque chose pourra être par convenance qualifiée de vide mais nous sommes très loin du concept occidental de vide « entièrement vide ».

 

Contre-sens ?

Léon Wieger continue sur sa lancée : « C’est du non sensible que vient l’efficace, le résultat. » Les autres font de même, mais avec une traduction moins "sensible" de . Notons au passage que le Père Claude Larre parle de « non avoir » après avoir tout au long de ce chapitre évoqué le « vide ».

 

♫ Et le « il n’y a pas » l’usage

 

Réflexions :

1. Inversion des valeurs : le verre à moitié vide apparaît dans la conception chinoise plein de potentiel.

2. Réhabilitation de ce qui semblait inutile : il ne peut y avoir d’usage sans absence de quelque chose.

3. La réalité ne se définit que par rapport à ce qu’il n’y a pas et vice versa, Cf. 2-3.  « L’il-y-a, en tant qu’étant là, dépend de l’il-n’y-a-pas pour être là, les phénomènes en tant que tels tirent d’il-n’y-a-pas-encore leur accomplissement » (formulation de He Yan  citée par Anne Cheng, p.329)

4. « On est riche de ce qu’on ne possède pas » disait Gandhi ce qui pourrait ici se retranscrire par un étrange « On est complet de ce qu’on n’est pas ». Autres propositions de slogans taoïstes : « Être moins pour devenir plus », « Non-être pour s’accomplir », « Je ne suis pas donc je suis »,…

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0

commentaires