Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 08:00

Pourquoi le Tao traite de physique quantique. Pourquoi le vide est primordial.

 

,

dāng qí wú, yǒu jū zhī yòng

Servir – Son/Sa – "Il n’y a pas", "Il y a" – Chariot – [Liaison] – Utiliser

 

() [dāng] signifie égal, il faut que, juste au, être, agir comme, servir à, travailler comme, soutenir, accepter, supporter, mériter, être en charge de, diriger, manager. Prononcé [dàng], il signifie juste, égal à, traiter comme, prendre pour, mettre en gage ou promettre. [chē] signifie voiture, véhicule, machine à roues ou noria. Prononcé [jū], il signifie chariot ou char. [yòng] signifie utiliser, employer, dépenser, utilité, besoin, dépenses, frais, ainsi ou toutefois, Cf. 4-1.

 

() [wú] est le thème dominant de ce chapitre et un concept central du taoïsme. Il apparaissait pour la première fois en 1-3 pour exprimer l’absence de nom ( ), puis à nouveau en 2-3, pour une mise en parallèle avec , qui nous éclaire sur sa signification puisque « il y a et il n’y a pas s'engendrent ».  Rappelons quedésigne à la fois l’avoir et l’être, le verbe avoir et le verbe être, loin de la dichotomie occidentale. est la négation, l’absence de et signifie ne pas avoir, ne pas être, il n’y a pas, rien, nul, pas.  On pourrait le traduire par « vide » mais seulement en observant que ce vide est rempli d’énergie et de potentiel, comme nous le confirme d’ailleurs aujourd’hui la physique quantique. Au sixième siècle avant notre ère, les chinois avaient donc déjà l’intuition d’une matière / énergie invisible mais omniprésente. 

 

 

roue_char_vide.jpg

 

Traductions :

C'est le vide médian, ce qui correspond à l'absence, qui fait marcher le char / C'est de son vide que dépend l'usage du char / Ce vide dans le char en permet l'usage.

♥ « Le vide central fait l'utilité du chariot. » (Marcel Conche) « L’utilité de la voiture dépend de ce qui n’y est pas. » (J. J. L. Duyvendak)

  « La fonction vient de wu, l'usage du char vient de you. » (Henning Strom)

► La matière, l’essence, ce qu’il y a, dépend de ce qu’il n’y a pas, du vide, pour s’exprimer, Cf. le soufflet ou la flute de 5-4.

 

Contre-sens ?

Parler de « roue » en place de char est un moindre problème. Parler d’œuvre du char ou dire que le char avance idem. Parler de « vide central non sensible » itou. Le sens reste à chaque fois globalement le même : c’est parce que l’intérieur du moyeu est "vide" que la roue peut tourner, que le char peut avancer.

 

♫ Dont le wu permet l’utilité (du chariot)

Il est moins question de « vide » (xū, Cf.3-5) que de l’absence de quelque chose (wu) mais traduire par « dont le vide permet l’utilité du char » faciliterait la compréhension.

 

Réflexions :

1. « Selon les physiciens, la solidité de la matière n’est qu’une illusion. La matière prétendument solide, y compris votre corps physique, est constituée presque en totalité de vide. […] « La forme, c’est le vide, et le vide, c’est la forme », dit le soutra du cœur, un des recueils bouddhiste les plus anciens et les plus connus. L’essence de toute chose, c’est le vide. » (Eckhart Tolle, p.153)

2. Ce qui existe n’existe que par rapport à ce qui n’existe pas, de même qu’il ne peut y avoir de yin sans yang ou de jour sans nuit.

3. Regarder au-delà des apparences, de la seule réalité visible.

 

Le Mendiant

 

 

 

PS: une très belle année du serpent à toutes et à tous !  Le serpent ?  Voici ce qu’en dit mon ami Christophe Trontin, en direct de Chine : « Gardant toujours le silence et son sang-froid, le serpent représente la sagesse ; mais sa langue fourchue nous évoque aussi l’hypocrisie et la manipulation. Petite interprétation personnelle : le bilinguisme du serpent lui permet de dire une chose à l’un et le contraire à l’autre sans être démasqué. Machiavélisme des traducteurs, duplicité des interprètes ! Son venin mortel symbolise la mort, mais aussi la science médicale, et donc l’antidote et la guérison. Le serpent qui mue et change de peau représente le renouveau et la purification. Le serpent qui se mord la queue suggère l’éternel retour de l’immortelle bêtise humaine, tandis que le serpent tourné en nœud rappelle « le NOUVEL Omo, celui qui lave aussi bien que l’ancien... sans le nœud » (Coluche). »  Le serpent comme symbole taoïste ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires