Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 08:00

 

Un chapitre relativement facile à traduire – grâce à la répétition des mêmes caractères – mais qui demeure néanmoins obscur du fait du concept central de Wu, qui nous fait entrer de plein pieds dans la quatrième dimension, celle de la physique quantique ! 

 

 

1

,

Trente rayons se partagent un moyeu

2

,  

Dont le wu permet l’utilité

3

,

L’eau et l’argile deviennent ustensiles

4

,

Dont le wu permet l’usage

5

,

Une pièce comporte portes et fenêtres

6

,

Dont le wu permet l’habitation

7

,

Ainsi, le « il y a » procure l’avantage

8

Et le « il n’y a pas » l’usage

 

 

Cliquer sur le numéro de phrase vous transportera directement aux explications de la phrase en question. Après le désordre ordonné, voici l’ordre apparent…

   

Vidéos de l’internet chinois…


 Prononciation en chinois : 

 

 


 

 

 Commentaires :

 

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais; mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus. » notait Saint Augustin.

 

Il semble en être de même avec le concept chinois de Wu : les exemples pris par Lao Zi (le moyeu , les ustensiles ou les chambres ) sont relativement clairs mais la traduction de wu reste problématique, en atteste les différentes versions : non-être, non-avoir, rien, absence, il n’y a pas, vide…

 

On ne pourra en fait se rapprocher de son sens qu’en se souvenant de 2-3 : est l’envers de , l’autre face d’une même pièce, tout comme le yin et le yang, le jour et la nuit, l’avant et l’après…  Wu n’a donc aucun sens négatif ou péjoratif et c’est l’objet de ce chapitre que de lui rendre hommage : sans le rien, il n’y a rien de possible !

 

La traduction de yòng qui revient toutes les deux phrases pour qualifier wu est également centrale et s’oppose à qui qualifie yǒu en conclusion du chapitre. Le « il y a » possède un avantage propre, un bénéfice du fait de son existence, de son essence matérielle.  Le « il n’y a pas » n’existe pas en tant que tel mais permet au « il y a » d’être utile ou d’entrer en mouvement.

 

Au final, Wu se rapproche du Tao lui-même : tous deux sont indéfinissables et obscurs, tous deux sont une dynamique emplie de potentiel, tous deux sont composés de « vide plein d’énergie ». Tout comme avec Tao, nous continuerons donc à traduire Wu par… Wu !

 

Le Mendiant

 

PS : Je vous souhaite un très beau début de Printemps. La publication reprendra lorsque j’aurais avancé dans la traduction.

Partager cet article

Repost0

commentaires