Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 08:00

Pourquoi tout est poussière. Comment se forme l’Unicité.

 

tóng qí chén

Ensemble - Son/leur – Poussière

 

[tóng] signifie similaire, semblable, ensemble ou en commun Cf. 1-7  () [chén] signifie poussière, saleté, terre ou ce monde.

 

Traductions :

Réunit, unifie, rassemble leurs poussières, fait un de toutes poussières, s’assimile à la poussière

♥  « Se mêle à toute poussière » (Feng Xiao Min)

♣ « Il réunit le monde » (Shi Bo)

► Côté cosmos, nous retrouvons là la formule catholique rituelle du mercredi des cendres « Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière ». La formule également de l’astrophysicien Hubert Reeves : « Nous sommes tous des poussières d’étoiles ! » Une autre interprétation est proposée par Marcel Conche : « ce qui est dispersé à la façon de poussières, ou désuni […] se rassemble (ou s’unit), ou peut se rassembler, cela en vertu de l’unicité et de l’indissociabilité des contraires » et d’illustrer cette règle avec « les eaux qui formeront les ruisseaux, puis le fleuve. » Le Tao offre à l’homme la possibilité de percevoir l’Unicité de toute chose, la présence du Tao dans chaque grain de poussière. Côté hommes, la notion de poussière ou de sale, pourrait se référer aux défauts (Liou Kia-hway), qu’il convient là aussi de relativiser et de considérer comme faisant aussi partie du Tao (Cf. 2-5) « Partager volontiers la poussière, la bassesse du vulgaire » précise Léon Wieger (qui se contente dans sa traduction d’un laconique « amiable ») et l’on retrouvera cette idée dans le Chap.8

 

Contre-sens ?

Toujours cette question du [qí] faisant référence au Tao : comment le Tao pourrait-il s’unir à « sa poussière » ? Le « Du rien, crée toute chose » de Conradin Von Lauer est une image plaisante mais qui s’éloigne par trop du sens des caractères chinois.

 

poussiere

 

Unifie la poussière

Sous-entendu : et avec structure un monde…

 

♫ Accepte les défauts

Sous-entendu : les réunit avec les qualités afin de présenter un être complet…

 

Réflexions :

1. Le monde n’est qu’un amas de poussière ordonné. Notre folie pourrait-elle tout réduire en cendre ?  Chaque composant pris isolément est fragile et nous avons en effet la technologie pour désintégrer la planète…

2. Chaque grain de poussière présente la structure de l’univers.

3. « Quand nous fragmentons la matière brute (ou mélangée) nous pouvons la réduire en atomes. Mais puisque les atomes seront aussi sujets à une division ultérieure, toutes formes d’existence matérielle, qu’elles soient grossières ou délicates, ne sont que l’ombre de la particulatisation et nous ne pouvons leur attribuer aucun degré de réalité absolue ou indépendante. » (Ashvaghosha, cité par Fritjof Capra, p. 297)

4. Un peu de modestie car notre nature est aussi constituée de poussière « En physique atomique, nous ne pouvons jamais parler de la nature sans, simultanément, parler de nous-mêmes. » (Fritjof Capra, p. 71)

5. Nous sommes aussi constitués de défauts et d’imperfections et il est illusoire de rejeter cette caractéristique naturelle.

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0

commentaires

Romain 09/10/2013 21:57

Bonjour, maître zhou, dans sa récente traduction, écrit : pour lui, comme pour tous, la poussière tombe sur les épaules.
Cette traduction me paraît curieuse et je me demande qu'elle peut être son origine et sa signification.
Pourriez vous me donner votre interprétation ? Je précise que le reste de la traduction du chapitre est très similaire. Merci et encore bravo pour votre travail !
Romain

Tao 10/10/2013 05:21



Il faudrait lui demander directement!


La poussière pourrait alors être un synonyme du voile des illusions, dont nous sommes tous affectés.


Mais je ne vois vraiment pas où il va dénicher le caractère "d'épaule"...


Frat'airnellement,



Xavier 14/06/2011 12:02


Poussières... Voilà bien des lignes propres à alimenter une réflexion à la fois sur l'humilité et sur l'interdépendance de toute chose. « Nous sommes tous des poussières d’étoiles ! » disait Hubert
Reeves. Effectivement, nous sommes nés du cosmos, nous sommes tous une évolution ou une continuation de ce fameux big bang (même si, dans la pensée chinoise, l'univers cosmique n'a ni commencement
ni fin. Partant, de là, nous appartenons tous, êtres animés et non animés, à la même famille. L'expression a été trop galvaudé pour conserver fraicheur et poésie mais elle n'en demeure pas moins
source de réflexion. Comme tu l'écris fort justement, chaque grain de poussière présente la structure de l'univers. Nous sommes tous une parcelle du Tout et esquinter d'autres parcelles revient à
abimer ce Tout en lequel nous évoluons. Ramenée à l'étgique, faire du mal à l'autre aboutit à faire du mal à soi-même. Certes, le dire ainsi a des relents new age; pour autant, la réflexion sur ce
point au niveau tant philosophique qu'à celui de l'intelligence relationnelle amène nécessairement à reconsidérer nos propres pensées et comportements. Je vais donc poursuivre ma méditation sur
cette poussière d'étoiles que je suis !


Tao 18/06/2011 10:18



Merci Xavier pour cette réflexion concrète. La coopération entre organismes est le réel moteur de la vie, voir le livre du prince anarchiste russe Pierre Kropotkine, publié en 1902,
L’Entraide. Un facteur de l’évolution. La loi de la jungle plait aux puissants mais ne devrait pas s'appliquer à l'homme et Darwin n'a jamais osé extrapollé ses thèses biologiques au
monde social, Cf mon livre L'obsession de la performance.