Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 08:00

Pourquoi le sage prend la femme en modèle. Comment le féminisme est contradictoire avec le taoïsme.

 

阖,能

tiān mén kāi hé néng wéi cí hū

Ciel – Porte – Ouvrir – Fermer, Pouvoir – Agir – Femelle – [Interrogation]

 

[tiān] signifie le ciel, Cf. 1-3, mais aussi le jour, la saison, le temps, la nature ou même Dieu ou le Paradis.  () [mén] signifie porte, entrée, barrière, valve, interrupteur, catégorie, famille ou école de pensée, Cf. 1-9. () [kāi] signifie ouvrir, commencer, démarrer, tenir (une réunion), payer ou bouillir.  () [hé] signifie entier(e), complet(e) ou fermer. [cí] signifie femelle. « Ce terme ci, littéralement « poule », a beaucoup intrigué les commentateurs et les traducteurs qui ont voulu y voir un terme d’emprunt pour un autre désignant le féminin, la femelle, termes par lesquels la majorité des traducteurs ont traduit ci. Pourtant, l’image de la poule est certainement à sa place ici, si l’on se réfère à un document découvert récemment, les Quatres Canons de l’empereur Jaune. Un chapitre entier y est consacré aux « attitudes de la poule et du coq. » (Catherine Despeux, p. 96) Duyvendak nous précise aussi que « L’image de la poule vis-à-vis du coq reparaît dans XXVIII pour exprimer l’idée de passivité »

 

Traduction :

Peux-tu, lorsque s'ouvrent et se ferment les Portes du Ciel, rester passif comme la femelle ? (Richard Wilhelm)

► Les portes célestes sont, selon Ma Kou, « par où entrent et sortent les existences » et Conradin Von Lauer les qualifie ainsi de « portes de l'existence ».  Selon Shi Bo, la femelle est le « symbole de la sérénité ». « Arrogance et superbe voilà l’attitude masculine ; mesure et retenue : comportement féminin […] Tous les malheurs viennent de ce que celui qui se met en avant est désavantagé par rapport à celui qui se tient en retrait […] Les qualités de la terre sont la placidité, la lenteur, la rectitude, le repos ; son attitude est la souplesse et sa préoccupation essentielle la stabilité. Elle donne sans jamais contester. Telles sont les lois qui régissent la terre et tel est le comportement féminin. » peut-on lire dans Les Quatres Canons de l’empereur Jaune.[1] Au final, s’agirait-il, comme le dit Léon Wieger de « Laisser les portes du ciel s’ouvrir et se fermer, sans vouloir produire soi même, sans s’ingérer » ? 

 

porte du ciel duguay nb

 

Contre-sens ? 

Re-belotte pour le Père Larre qui, avec son « Devant la Porte du Ciel qui s'ouvre et se referme, saurez-vous éloigner la femelle » commet un contre-sens majeur (lisant wu au lieu de wei) qui en dit long sur une certaine obsession cléricale… De manière un peu plus subtile, on s’interrogera sur la capacité du Sage à ouvrir et fermer lui-même la porte du Ciel. « Peux-tu ouvrir et clore les battants du Ciel en jouant le rôle féminin ? » s’interrogent ainsi François Huang et Pierre Leyris mais aussi Liou Kia-hway, comme s’il y avait un lien de cause à effet. Mais comment le Sage aurait-il un tel pouvoir ?   Stéphen Mitchell, quant à lui, ne s’embarasse pas de la question et nous livre un original « Peux-tu gérer les affaires les plus vitales en laissant les événements suivre leur cours ? » complètement déconnecté du texte chinois. Mais nous sommes désormais habitués… Ajoutons enfin les absences d’interrogation de maintes traductions et nous ne retrouvons au final avec une unique traduction collant au texte : celle de Richard Wilhelm.

 

♫ Peut-on, face à la porte céleste, agir avec l’impassibilité de la femelle ?

 

Réflexions :

1. Même si Vénus est supposée être moins guerrière que Mars, faire le choix de la sérénité est-il vraiment une spécificité féminine ?

2. La célébration de la mesure et de la retenue féminine est-elle toujours pertinente aujourd’hui, à l’heure où tant de femmes semblent être devenues des « hommes comme les autres » ? « La femme est l’avenir de l’homme » chantait Jean Ferrat… En 2002, Pierre Rabhi faisait campagne à la présidentielle avec le slogan « Le féminin au cœur du changement »…  

3. La porte de l’obscur féminin (6-2) devient ici la porte céleste « par où entrent et sortent les existences » mais la femme, par sa capacité à enfanter – prérogative suprême – demeure le lieu de passage de la vie.

4. Le principe d’une porte est de s’ouvrir ou de se fermer mais elle ne pourra rester toujours dans un état sous peine de ne plus être une porte.  Accepter ce qui est naturel, ce qui est dans l’ordre des choses. Il ne s’agit pas d’être passif mais impassible devant ce qui se produit.

 

Le Mendiant

 

[1] Les Quatres Canons de l’empereur Jaune, traduction de Jean Levi, Albin Michel, 2009, p.193

Partager cet article

Repost0

commentaires