Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 08:00

Pourquoi il nous faut éviter l’éblouissement. Pourquoi l’arrogance conduit à l’obscurité.

 

 

hé qí guāng

Harmoniser – Sa/Leur – Lumière

 

[hé] signifie doux, gentil, harmonieux, en bon termes ou en paix.  [guāng] signifie lumière, rayon de lumière, luminosité, éclat, brillant, honneur, gloire, lisse ou poli.

 

Traductions :

Accorde leurs lumières, harmonise toute lumière éblouissante, tempère sa splendeur, fusionne toutes lumières, tempère leurs éclats.

♥  « Tamise la lumière » (Catherine Despeux)

► Au niveau du cosmos, prolongation de l’ordonnancement de 4-4 : les points lumineux, les soleils, doivent être harmonieusement répartis et dispersés. « Pourquoi l’univers est-il si uniforme à grande échelle ? Pourquoi semble-t-il être identique en tous points de l’espace et dans toutes les directions ? » s’interroge ainsi Stéphen Hawking (Une brève histoire du temps, p.157) Le jour doit aussi harmonieusement succéder à la nuit et ne pas être trop éblouissant afin de permettre le développement de la vie. Côté hommes, de trop grandes disparités de brillance attire les convoitises et suscite les jalousies. Nous retrouvons ainsi l’idée de 3-1 ou 3-2 : la mise en avant des personnes, de leurs qualités (Liou Kia-hway), « la gloire d’un champion, d’un soldat vainqueur » (Marcel Conche) ou des biens brillants sont sources de désordre et ne durent pas. Mieux vaut donc être « modeste » (Léon Wieger). Ce qui fait dire au Maître du Bord du Fleuve que « même lorsque seule la clarté est visible, il faut être conscient de l’obscurité et ne pas, par sa brillance, troubler autrui. » (Despeux, p.174) Et en effet « Il faut conclure à l’existence d’innombrables corps obscurs à côté du soleil, - des corps que nous ne verrons jamais. » (Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, p.192)

 

Harmonise la lumière 

« Le soleil est adoucit par un nuage » va même jusqu’à dire Jonathan Star…

 

Tempère l’arrogance

Ou « relativise la gloire »

 

lumiere nb

 

Réflexions :

1. Relativiser nos qualités et se rappeler que « La beauté n’est pas tant une qualité de l’objet considéré qu’un effet en celui qui le considère » (Spinoza) ou que « On ne doit pas juger d’un homme par ses grandes qualités, mais par l’usage qu’il en sait faire » (La Rochefoucauld)

2. « Pourquoi l'homme fut-il créé le dernier jour ? Pour que, si l'orgueil le prend, on puisse lui dire : dans la création, le moustique t'a précédé. » déclare Le Talmud.

3. Ce qui brille est généralement de l’ordre du paraître. Tout ce que le système nous présente comme étant éclatant (le show biz des strass et des paillettes) est en réalité d’une pitoyable superficialité.

4. « Si tous les gens qui vivent ensemble s'aimaient, la terre brillerait comme un soleil » (Proverbe français) Mais dans ce cas, pourrions-nous encore y vivre ?  Le bien se comprend par le mal comme la lumière se comprend par l’obscurité, Cf. Chap 2

 

Le Mendiant

 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 08:00

Pourquoi la confusion est encouragée par le système. Comment le Tao aide à s’en libérer.

 

jiě qí fēn

Dissiper - Son/leur – Confusion

 

[jiě] signifie séparer, défaire, dénouer, apaiser, modérer, dissiper, chasser, expliquer, interpréter, résoudre, comprendre ou se soulager.  () [fēn] signifie confus, emmêlé, en désordre, de nombreux et divers, abondant, innombrable.

 

Traductions :

Dissout leurs nœuds, démêle tout nœud, résoud tout différent, dénoue tout écheveau, dénoue ses voiles.

♥  « Il résoud le désordre » (Shi Bo)

♣ « Il dénoue le fil des existences» (Conradin Von Lauer)

L’approche cosmologique serait de donner un ordre et une cohérence à la « soupe originelle », d’avoir « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » (Samuel Smiles), de « n’être pas embrouillé, compliqué » (Léon Wieger qui se contente d’un laconique « Il [Le Principe] est simple »). Du côté de l’homme, l’idée que les conflits ou les différents des êtres se résolvent naturellement. « Ce qui est noué (ou mêlé) […] ne reste pas noué (ou mêlé), mais est dénoué (ou démêlé) ou se dénoue » précise Marcel Conche qui ose la comparaison avec les simples « lacets noués ». 

 

confusion_singe.jpg

 

Agence le désordre

L’univers, ordre en constante mouvance, est un désordre permanent…

 

Dissipe la confusion

L’étude du Tao (ou plus exactement le fait de suivre sa voie) dissipe le désordre dans les cœurs (Cf 3-5) et permet la compréhension (Cf. 1-9)

 

Réflexions :

1. La confusion est la stratégie du système pour nous affaiblir et nous faire consommer. Si tout était clair, nous serions tous heureux et en pleine forme!

2. « Notre époque se caractérise par la profusion des moyens et la confusion des intentions » (Einstein)  Que souhaitons-nous véritablement faire de nos vies ?

3. Comprendre les manipulations et mettre de l’ordre dans sa vie et ses idées : les premières étapes sur le chemin du contentement personnel !

4. En attendant l’illumination du Tao, découvrez et apprenez à dépasser les manipulations écologiques et alimentaires via les petits contes à rebours diffusés gratuitement sur le site du Mendiant.  

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 08:00

Pourquoi la ligne droite n’est pas naturelle. Pourquoi la violence est un malentendu.

 

cuò qí ruì

Défaire – Son/Leur – Acéré

 

[cuò] signifie vaincre, déjouer, faire échouer, maîtriser, assujettir, atténuer, réduire ou abaisser.  () [ruì]signifie acéré, fin, vif, perçant, piquant, pénétrant, la vigueur ou l’esprit combatif.

 

Traductions :

Il brise leurs pointes, émousse tout tranchant, en émousse les pointes, ce qui tranche.

♥  « Il émousse ce qui est aigu » (Shi Bo)

♣ « Il est paisible » (Léon Wieger)

Dans le contexte de la cosmologie ( « toute chose »), qui semble être l’objet du paragraphe, l’idée naturelle d’arrondir les angles, la droite n’étant pas une forme de la nature, au contraire de la courbe. Léon Wieger précise : « Être mousse, sans pointe ni tranchant ». Dans l’optique de « dix-mille êtres », on pourrait retrouver plutôt ici l’idée exprimée en 3-1 ( ) de ne pas surestimer les personnes vertueuses, de limiter l’esprit combatif des individus et Liou Kia-hway parle ainsi de la symbolique de l’éminence. Ou encore, avec Marcel Conche, que « ce qui est tranchant (ou aigu, ou pointu) […] ne reste pas tranchant, mais est émoussé », idée d’impossible préservation que l’on retrouvera en 9-2.

 

Contre-sens ?

[qí] fait normalement référence aux dix mille être mais certains traducteurs le font porter sur Tao lui-même. Mais comment le Tao pourrait-il « émousser sa subtilité » (Julien) ou « son acuité » (Haven et Nazir) ? Il apparaîtrait pour le moins surprenant que l’ordre de la nature doive être modifié par la nature elle-même, qu’elle doive s’auto-réguler…

 

arbre_danse_nb.jpg

 

♫ Il arrondit les angles

Il émousse ce qui est vif. Et nous constatons en effet que tous les astres, soleils et planètes ont été érodés, par le temps et leur déplacement dans l’espace, en sphères plus ou moins lisses.

 

Il canalise l’esprit combatif

Le Tao ne saurait agir directement sur les individus (pour preuve la violence de l’histoire) mais la perception du Tao limite naturellement les "pointes" ou le "tranchant" de ceux qui y prêtent leur attention, qui y sont sensible, à l’image du Sage.

 

Réflexions :

1. Nos villes de béton, toutes érissées de pointes, toutes en lignes droites, s’éloignent de l’esprit de courbe et de flexibilité de la nature. La foudre frappe d’ailleurs en priorité ce qui est pointu.

2. Que serait un monde qui suivrait les préceptes du Tao ? Certainement un monde plus paisible… Merci ainsi de bien vouloir propager ces idées autour de vous…

3. L’orgeuil, l’arrogance ou l’agressivité ne sont pas des principes de la nature. La violence de l’homme est un malentendu. « La nature n’a pas le choix tandis que le choix fait partie de la nature de l’homme. L’homme en effet possède la raison et le raisonnement. Heureux possesseur de la force de l’argument, l’homme continue néanmoins à avoir fréquemment recours à l’argument de la force…  La violence serait-elle un signe de bêtise ? Très certainement !  Compenser ses déficiences intellectuelles ou émotionnelles par un comportement violent est un réflexe fréquent chez l’homme.  Utiliser sa force est ainsi paradoxalement chez l’homme un signe de faiblesse, un aveu d’impuissance. » (Le respect de sa nature)

4. « En Chine, lorsqu’il y a violence, elle est humaine, volonté de puissance, sentiment de supériorité. Mais la métaphysique, la philosophie, les religions y sont de tolérance. Il ne peut y avoir et n’y a jamais eu en Chine de fanatisme religieux, ni de volonté de maîtriser la nature et l’univers. Pas de Dieu qui énonce un diktat, qui dit « je suis la Vérité », sinon pour dire « elle est multiple », « entendez toutes les voix. » (Anne Robinet, p.279)

 

Le Mendiant

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 08:00

Pourquoi tout procède du Tao. Pourquoi nos racines plongent dans l’inconnu.

 

,

yuān xī, sì wàn wù zhī zōng

Profond - [part.] – Apparaître/Similaire - Dix mille - Êtres - [liaison] – Ancêtre

 

[yuān] signifie piscine profonde ou profond. [xī] est une particule utilisée (normalement lorsqu’elle est redoublée 兮兮) pour renforcer la force de l’adjectif, d’où des traductions comme « Ô qu'il est profond! » (Stanislas Julien) [sì]  signifie similaire, comme, sembler être, apparaître  [zōng] signifie ancêtre, clan, secte, école, but principal, objet, grand maître ou modèle.

 

Traductions :

Ce Tourbillon Profond, ce sans-fond, ce gouffre insondable, cette source d’abîme, semble être l'ancêtre des dix mille êtres, le patriarche de tous les êtres, l’origine, la racine de toutes les choses du monde.

♥  « Quel abîme ! Il apparaît comme l’ancêtre des dix mille êtres. » (Docteur Marc Haven et Daniel Nazir)

► Dans la continuité de 4-1, le Tao apparaît comme le créateur de tous les êtres, de toutes les choses qui remplissent l’univers. Il n’est donc pas vide !  « L’image du vaisseau [au sens ancien de « vase »] a ici sa limite » concède Marcel Conche, qui contredit néanmoins la caractétistique génitrice de la Voie en écrivant « il semble qu’en tant que vide, elle appelle les êtres à la remplir ». Similarité avec 1-4  mais nous allons plus profondément dans l’antériorité : après la mère (de toutes choses), je demande l’ancêtre ! 

 

commencement_nb.jpg

 

Insondable ancêtre de toutes choses !

Le Tao est insondable parce qu’il n’a pas de fond.

 

Réflexions :

1. Notre arbre généalogique puise ses racines dans l’inconnu. Qui peut dire, au-delà de quelques générations, de qui nous sommes réellement les descendants ? 

2. Nous partageons tous le même ancêtre : la nature, le Tao !  Notre nature est ainsi d’être frères et sœurs. En prendre conscience afin de vivre le principe de la fraternité et du partage.

3. Nous avons déjà du mal à nous connaître alors comment connaître nos parents ? A partir du moment où ils sont insondables car eux-mêmes le résultat d’une multitude de facteurs (génétique, éducation, expériences, habitudes,…), est-il raisonnable de leur en vouloir pour leurs manquements ? N’ont-ils pas, eux-aussi, comme tout le monde, fait de leur mieux ?

4. Tout ce que nous sommes devenus, nous le devons originellement à nos parents. Gratitude pour le plus beau cadeau qui soit : la vie !

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 08:00

Un troisième chapitre très polémiste sur les errements de la politique, les raison du mal-être du peuple et les soins à apporter pour retrouver l’harmonie du Tao.

 

1

, 使  

Sans mise  en avant des vertueux, nul ressentiment

2

, 使

Sans valorisation des biens, nul vol.

3

, 使

Sans multiplication des désirs, nulle frustration.

4

圣人

Ainsi, les soins du Sage :

5

,  

Vider les esprits mais remplir les ventres

6

,  

Limiter les aspirations mais renforcer les os

7

使

Préserver le peuple des informations, du désir

8

使

Et des manipulations des experts

9

,

Par la pratique du non agir, faire de l’harmonie la norme

 

Cliquer sur le numéro de phrase vous transportera directement aux explications de la phrase en question. Après le désordre ordonné, voici l’ordre apparent…

 

 

Vidéos de l'internet chinois

 

Prononciation en chinois (Chap 3 de 1:30 à 2 :04)

Et chant taoïste!

 

 

Commentaires :

 

Un chapitre dans une traduction moderne et politiquement incorrecte où le Sage condamne à la fois la gestion des gouvernants mais également les systèmes médiatique et publicitaire modernes. Comme le note fort justement Jean-Claude Pastor « le taoïsme a toujours représenté une menace aux yeux du pouvoir impérial [dans le sens où] l’idéal de désengagement et le refus de l’Etat occupent une place centrale. » [1] 

 

Les autres traductions mettent plutôt l’accent sur le gouvernement du Sage : comment favoriser l’harmonie du peuple et par là même prévenir sa rébellion… Cette vision quelque peu machiavélique du taoïsme ravira les puissants aux manettes mais me semble contradictoire avec la légende d’un Lao Zi quittant un pouvoir corrompu ou d’un Zhuang Zi refusant tout poste au sein du gouvernement de l’Empereur Chu afin de pouvoir, comme une tortue, « continuer à tremper sa queue dans la gadoue ». Au final, le Daode Jing ne vise pas à manipuler le peuple mais au contraire à le libérer des manipulations !

 

 

yinyang_poele.jpg

 

Lao Zi commence par rappeler ce qui conduit le peuple () à sortir de la vertu et à oublier jusqu’à l’existence du Tao : la comparaison avec autrui et notamment ceux qui sont admirés selon les normes en vigueur (les hommes "vertueux" ou compétents () des temps passés ; les puissants, les membres de la jet-set ou du show-biz des temps présents), les injustices dans la répartition et la valorisation des biens () et, enfin, la multiplication des désirs (), qu’ils soient d’ordre sexuel (explosion de la pornographie) ou consumériste (matraquage publicitaire) et donc des causes multiples de frustrations ().

 

C’est aussi l’expérience du dresseur de fauves chez Lie Zi : « « Se conformer au tempérament d’un être le réjouit, le contrarier l’irrite. Telle est la nature des vivants. Joie et colère n’éclatent pas sans motif : toutes viennent d’une outrance. […] Je veille à ne pas exciter sa colère [du tigre] en le contrariant, évite aussi d’exciter sa joie en flattant ses instincts, car la joie se termine fatalement par la colère et la colère se termine par la joie. Le juste milieu est impossible. Je ne veux ni flatter ni contrarier, c’est pourquoi les animaux me considèrent des leurs. » (II-7, p.41-42)

 

Les hommes seraient naturellement enclins à suivre le Tao s’il n’y avait les pressions du système, alimentées par la corruption des gouvernants. Que ces derniers mettent en place les conditions de l’harmonie universelle et il n’y aura plus de disputes (), de jalousie, de vol (), de mal-être en général. Mais cela supposerait d’être tourné vers l’intérêt général plutôt que personnel, de ne pas accorder d’importance à une pseudo morale ( ), à une pseudo richesse ( ) ou à de pseudo besoins par rapport à des désirs superficiels ( ).

 

S’ensuit donc les conseils ou les soins () du Sage que l’on peut considérer comme étant à l’adresse des gouvernants ou des hommes en général, lui le premier : apaiser le cœur ()et l’esprit des hommes en limitant la multiplication des informations inutiles et biaisées (), des désirs (). Au contraire, il convient de répondre aux besoins physiologiques, notamment du ventre () et affermir ses os () en maîtrisant son souffle et/ou son essence séminale.  

 

Ce faisant, le peuple ayant atteint un niveau de "pureté", les hommes débrouillards, les finauds ou les experts ( ) n’oseront plus prendre le risque de l’action ou des manipulations à leur encontre. C’est ainsi, par la multiplication de la pratique du non-agir ( ) que l’harmonie redeviendra la norme ()

 

Le Mendiant

 

[1] Jean-Claude Pastor, Toujours sous haute surveillance, Philosophie magazine, septembre 2009, p.77

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 08:00

Pourquoi l’harmonie nous échappe.  Pourquoi l’action nous éloigne du Tao.

 

,

wéi wú wéi, zé wú bù zhì

Agir - [Négation] – Agir, Norme - [Négation]- Pas – Gouverner/Contrôler

 

() [wéi] signifie faire, servir en tant que quelque chose, agir, devenir ou signifier, Cf. 2-1 [zé] signifie la norme, le standard, le principe, le critère, la règle, la règlementation, le règlement ou alors imiter, suivre. Ce caractère est aussi utilisé pour exprimer un contraste entre deux parties de phrase. [zhì] signifie gouverner, administrer, manager, contrôler, soigner, guérir ou punir, Cf.3-4.

 

Traductions :

Il agit par le non-agir, pratique le non-agir et alors il n'y a rien qui ne puisse être (bien) gouverné, bien dirigé, et alors tout/chaque chose sera mis/restera en ordre, prendra sa place.

♥ « Car il n’est rien qui ne s’arrange, par la pratique du non agir. » (Léon Wieger)

♥ « Par la vertu du non-agir, l'ordre se maintient, naturel. » (Ma Kou)

► Il faut beaucoup d’imagination pour passer de cette multiplication de négations à une forme de gouvernement idéal où tout serait en ordre (luxe, calme et volupté). Il en faut tout autant pour dépasser le casse-tête de cette double négation ( ) : s’agit-il de la négation de ne pas contrôler et donc le contrôle, l’ordre, le « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » ?  Ne pourrait-on pas aussi considérer que et font à chaque fois référence à  : est le non-contrôle, l’absence de résistance, dans l’esprit du 无为 tandis que serait un autre concept à expliciter. Le contraire du contrôle ? L’incontrôlable ? Je ne suis malheureusement pas à la place de Lao Zi et ne peux ici remettre ses fulgurances en ordre… mais cette confusion pourrait effectivement bien déboucher sur l’harmonie universelle, de même que (1-8) débouche sur (1-9)

 

 

harmonie_nb.jpg

 

Contre-sens ?

Les traducteurs s’en sont donnés à cœur joie pour expliquer cette phrase, quitte à rajouter pour cela bon nombre de caractères. Ainsi, le « S'il pratique le non-agir, l'harmonie est préservée. L'ordre est maintenu. L'empire gardé. » de Conradin Von Lauer.

 

Par la pratique du non agir, faire de l’harmonie la norme.

Accueillir l’harmonie en tant que norme.

 

Réflexions :

1. En ne s’attachant aux évènements qui passent, en limitant nos sentiments à leur égard, en mettant notre ego dans notre poche (avec un mouchoir par dessus), l’harmonie universelle du Tao a plus de chance de se manifester (Cf. 1-5)

2. Toute ballade en campagne, dans la forêt ou en montagne permet de percevoir le flux et l’harmonie de l’univers. Là, les choses n’agissent pas mais sont et suivent les lois naturelles, sans stress ni désirs.

3. Lâcher prise, faire le choix de la sérénité, permet de se connecter à des lois nettement plus fondamentales que celles du système.

4. Si l’achat du dernier gadget ou le suivi de la dernière mode nous donne l’illusion d’être en harmonie avec la société de consommation, nous nous éloignons dans le même temps des fondamentaux et prenons le risque de la superficialité de groupe. « Un groupe de loups, c'est une horde. Un groupe de vaches, c'est un troupeau. Un groupe d'hommes, c'est souvent une bande de cons.» a dit Philippe Geluck.

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0
11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 08:00

Pourquoi les experts devraient être systématiquement expertisés.  Pourquoi le système favorise la confusion.

 

使

shǐ fū zhì zhě bù gǎn wéi yě.

Permettre - Homme - Débrouillard - [substitut] - Pas – Prendre le risque - Agir – Aussi

 

使 [shǐ] signifie employer, utiliser, faire, causer, permettre mais aussi "en supposant" ou "si", Cf. 3-1. [fū] signifie homme ou mari, Cf. 2-15   [zhì] signifie sagesse, débrouillardise ou esprit. [gǎn] signifie téméraire, courageux, oser, avoir le courage de, être certain de, prendre le risque de. [yě] signifie aussi, également, non plus, chaque, n’importe lequel.

 

Traductions :

Il fait en sorte que ceux qui ont du savoir, ceux qui "savent", la caste de l’intelligence, la classe cultivée,  les finauds, les habiles, les doctes, les hommes fins, n'osent pas agir, s’agiter.

♥  « Et s'assure que l'habileté n'ose manipuler. » (Ma Kou)

♣ « Et crée la confusion chez ceux qui pensent savoir. » (Stephen Mitchell)

► Le Sage permettrait au Souverain de dormir tranquille, sans crainte d’une action de la caste du savoir ?  Le Sage agirait pour éviter toute velléité de pouvoir de concurrents potentiels en mettant « toutes les intelligences à son service » (Jean Levi) ?  Le paradoxe pourrait être évité en considérant l’action dans le sens de la manipulation (Ma Kou) ou des méfaits (Shi Bo). Les auteurs américains interprètent le texte chinois et s’arrêtent quant à eux plutôt sur la remise en question du savoir en général, dans la continuité de 3-7 (Mitchell) ou de l’impossibilité de manipuler un peuple ayant dépassé ses préjugés et renoncé à ses désirs (Jonathan Star).

 

Préserver les hommes d’esprit des illusions de l’action

La vision d’un Sage détourné des affaires du gouvernement et qui pousse les hommes sages, les hommes d’esprit, à suivre avec lui, comme lui , la voie de la non-action afin de se préserver des risques et des déconvenues de l’action.

 

♫ Et des manipulations des experts

Dans la continuité de 3-7, le Sage préserverait aussi le peuple de l’action manipulatrice des puissants, des experts, de ceux qui disent savoir. Cette interprétation très militante a le mérite de se rapprocher des traductions existantes.

 

expert.jpg

 

Réflexions :

1. Les puissants seraient-ils puissants si nous ne tombions pas dans leurs manipulations ? Clairement pas : seule notre passivité et notre soumission vis-à-vis des « informations » communiquées, notre peur intrinsèque face aux mauvaises nouvelles,  garantit la pérennité du système.

2. « Douter de tout ou tout croire, ce sont les deux solutions également commodes qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir » écrivait Henri Poincaré.

3. Qu’est-ce qu’un expert ? Est-ce quelqu’un qui sait, quelqu’un qui croit savoir  et qui le communique efficacement (le cas existe aussi d’experts qui savent mais qui communiquent sciemment le contraire !) ou quelqu’un de fort bien payé pour distiller un savoir spécifique ?  « Il est difficile pour un homme de comprendre une chose si son salaire dépend de ce qu'il ne la comprenne pas.» (Upton Sinclair) « Les experts naquirent, comme chacun sait, pour combler le grand besoin qu’ils avaient d’eux-mêmes [...] Un expert, c’est une opinion, deux experts, c’est la contradiction, trois experts, c’est la confusion » (André Santini, Des vessies et des lanternes). Cf. mon article Des Experts à expertiser sur le blog du Mendiant.

4. Le cas des nutritionnistes par exemple, dont les deux messages de base sont : « Il faut manger de tout » et « Rien n’est dangereux en soi ». Cette profession n’est pas reconnue en France (au contraire des diététiciens) et la formation n’est pas uniforme à l’échelon national. Pourquoi donc ? Parce que cela crée la confusion qui permet aux industriels de dormir tranquille et aux pseudos-experts d’écrire de gros livre sur « Comment s’alimenter ». Voir ces différentes manipulations dans le conte alimentaire gratuit.

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 08:00

Pourquoi les informations sont désinformation. Pourquoi le Non-Savoir nous rapproche du Tao.

 

使

cháng shǐ mín wú zhī wú yù.

Constamment - Permettre - Peuple - [Négation]- Information - [Négation]– Désir

 

[cháng] signifie toujours, souvent, fréquemment, habituellement, commun, normal ou ordinaire Cf. 1-5 使 [shǐ mín] Cf. 3-1. [zhī]signifie (verbe) savoir, réaliser, être au courant, informer, notifier, dire ou (nom) connaissance. [yù] signifie le désir, le souhait ou la volonté, Cf. 1-5.

 

Traductions :

En permanence, il fait en sorte, veille à ce que le peuple n'ait ni savoir/science/connaissances, ni désir.

♥ « Il bannit du peuple toute pensée, tout désir » (Jean Levi)

♣ « Il aide chacun à perdre tout ce qu'il sait, tout ce qu'il désire » (Stephen Mitchell)

► Cette phrase embarrasse certains auteurs au point qu’ils préfèrent la laisser de côté : comment en effet justifier un Lao Zi qui « s'étudie constamment à rendre le peuple ignorant » (Stanislas Julien), dont le « soin constant est de tenir le peuple dans l’ignorance et l’apathie » (Léon Wieger) ?  Serait-il une sorte de Machiavel conseillant au souverain de favoriser l’ignorance afin de préserver son pouvoir ?  Nous avons dans tous les cas ici une opposition frontale avec Confucius dont l’œuvre s’ouvre sur 大学 [dàxué ] c’est-à-dire « La voie de la Grande Etude. » Une possibilité de réponse nous ramène au Chap. 1 : les concepts, le savoir et la connaissance en générale sont illusions et ne correspondent pas à la Réalité du Tao!  Il s’agit d’un « savoir dualiste » ou « faux savoir » (Henning Strom) qui entrave la perception du Tao. Or le Sage souhaite un peuple en paix car en harmonie avec le Tao!

 

Olivier, sur le Forum du Tao, entreprend un parallèle avec la Genèse pour éclairer le principe du Non-Savoir : « Au commencement, Adam et Eve sont nus au paradis heureux (sans savoir ce qu'est le bonheur) parce que directement au contact de Dieu, ils sont dans le Non Savoir, mais ont la connaissance divine. Puis Adam goûte au fruit du Savoir, et patatras, il connait la nudité et la pudeur, le bonheur et le malheur... Ce que propose Lao Tseu est de rendre à Dieu le fruit du Savoir. […] En suivant le Tao, on retrouve son instinct et cela suffit largement pour vivre. »

 

Préserver le peuple des informations, du désir 

 

desinformation2.jpeg

 

Réflexions :

1. Notre civilisation de l’information est paradoxalement celle où nous savons le moins de chose selon le principe que « trop d’info tue l’info » !  Submergé par les (mauvaises) nouvelles qui n’arrêtent pas de tomber, nous en venons à développer un état de pessimisme et de craintes latentes.

2. Les news sont loin de correspondre à la réalité mais plutôt à ce qui est extra ordinaire, c’est-à-dire à ce qui sort vraiment de l’ordinaire. Sur une page blanche, c’est le point noir qui saute aux yeux ! « Regardons donc le côté éclairé de la planète. Partout, mais partout, brillent des étincelles d’amour. Et le monde, alors, n’est plus si obscur ni couvert de ténèbres. Il en est transfiguré. » conseillait Sœur Emmanuelle.

3. Pour être réceptif au vrai Savoir, il convient de vider notre tasse mentale de tous les préjugés accumulés. Par exemple, « Il ne faut pas agir et parler comme les enfants de nos parents […] Jouets d’enfants, les opinions humaines » dit Héraclite (Fragments 14,15): « les « vérités » de groupe, très diverses et qui s’entrechoquent, ne sont pas la vérité, qui est universelle » commente Marcel Conche,  « comme l’enfant, devenant homme, rejette ses jouets, de la même manière il doit rejeter les opinions qui lui ont été léguées par la tradition, soumettant tout au libre examen. » (p.75-76)

4. « Le savoir rend libre mais sommes-nous encore libres de savoir ?  Les tentations de manipulation, les traitements superficiels, égocentriques ou intéressés de l’information et la somme astronomique de données disponibles sur n’importe quel sujet brouillent les pistes. Tout sujet, quel qu’il soit, véhiculera en surface un certain nombre de préjugés. » (L’obsession de la performance)

5. « L’imagination est plus importante que la connaissance » a dit Einstein. Moins on en sait et plus on est libre d’imaginer autre chose !

6. « Le doute est la clef de toute connaissance : qui ne doute de rien ne sait rien » dit un proverbe persan. Toute information devrait être interrogée afin d’éviter autant que possible les manipulations.

7. La limitation des besoins superflus permet de dégager de l’espace pour l’essentiel : de la nourriture de qualité plutôt que des chaussures de marque, une communication de qualité plutôt qu’un forfait de téléphonie mobile, de la nourriture intellectuelle plutôt que la multiplication des chaînes de TV,…

8. La voie est dans la simplicité volontaire, dans le retour à l’essentiel, dans le pouvoir de choix (et non pas d’achat) qui offre la liberté de refuser le « toujours plus » et les gaspillages qui l’accompagnent.[1]

 

Le Mendiant

 

[1] « Moi, ce qui compte pour moi, c’est la liberté. […] Je veux pouvoir acheter mes chemises à Hong-Kong, mes chaussures en Inde. C’est ce qui compte pour moi ! » (Philippe Arnaud, professeur de philosophie, France Culture, 26-7-2006) Avec de tels philosophes égocentriques, la liberté de refuser la dictature marchande n’en devient que plus urgente !

 

Partager cet article

Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 08:00

Pourquoi les rêves doivent être raisonnés et personnels. Comment exprimer son caractère dans le respect de sa nature.

 

,

ruò qí zhì, qiáng qí gǔ.

Faible - Ses/Leurs - Aspirations, Fort - Son/Leur – Os/Caractère

 

[ruò]signifie faible, jeune, inférieur ou un peu moins que. [zhì]signifie volonté, aspiration, idéal, garder à l’esprit, annales ou signe. [qiáng]signifie fort, puissant, par la force, meilleur ou un peu plus que. [gǔ]signifie les os, le squelette, le caractère ou l’esprit. 骨气 [gǔqì] signifie ainsi la force de caractère ou l’intégrité morale.

 

Traductions :

Affaiblir leur ambition, leur volonté, leur initiative et fortifier, endurcir leurs os, fortifier leur corps.

♥ « En affaiblissant leur désir et en affermissant leurs os » (Shi Bo)

♣ « En affaiblissant leur ambition et en renforçant leur courage » (Stephen Mitchell)

► A l’exception de Stephen Mitchell, les autres traductions restent sur le premier sens de à savoir les os et donc la santé, le taoïsme visant également à assurer la longévité (voire l’immortalité dans sa version religieuse). « Pour le Maître du Bord du Fleuve, le sage « […] protège son essence séminale et accorde de l’importance au souffle, de sorte que les os sont solides et plein de moelle. » (Despeux, p.114) Quel rapport entre l’essence séminale et la moelle osseuse ? Catherine Despeux précise que « les taoïstes pensaient, comme certains médecins de la Grèce, que l’essence séminale était un écoulement de la moelle » (p.254) Retenir son essence séminale (via de moindre désirs ou le contrôle de l’éjaculation[1]) aurait ainsi permis de « faire de vieux os »  Autre rapport dans le commentaire de « Je me tourne vers vous » : « si la volonté porte au mal, le souffle s’en va et les os se déssèchent ; si on affaiblit le penchant pour le mal, le souffle revient et la moelle emplit les os. » (p.252)

 

taichi2_nb.jpg

 

Limiter les aspirations mais renforcer les os

Amendement (Sept 2011) à la proposition précédente: « Limiter les aspirations mais renforcer le caractère » La notion de ventre de la phrase précédente 3-5 couvrant déjà les besoins primaires (dont la santé), j’avais privilégié l’idée du sage limitant l’obsession de la performance, les jalousies et donc les affrontements (Cf. 3-1) tout en renforçant l’intégrité morale. Il ne s’agissait évidemment pas de renforcer son ego et les motifs de conflits avec autrui mais plutôt d’affirmer un refus des manipulations, d’arriver à dire non aux différentes pressions afin de se reconnecter au Tao.  Cette interprétation était toutefois un peu alambiquée et je reviens donc au sens plus classique de  : les os !

 

Réflexions :

1.« Pour réussir sa vie, il faut viser l’échec. Ainsi, on n’est jamais déçu ! » (Frédéric Beigbeder) Sans aller jusqu’à cet extrême, faire le tri de ses rêves ou besoins apparaît comme une hygiène mentale à l’heure où nous avons tendance à multiplier nos aspirations impersonnelles, sous la pression du système ou de la « plus belle voiture du voisin ».

2. Lbérer les rêves, oser rêver ses rêves ! Ces rêves doivent être réalistes, libres de toute manipulation et véritablement pourvoyeurs de bien-être.  Au final, « Il ne reste plus grand-chose !  De quoi ai-je besoin pour asseoir mon bien-être ?  D’un travail enrichissant, de me sentir utile, de partager mes ressources, du sourire des enfants et de mon épouse, de développer un certain nombre de qualités. Je n’ai besoin d’aucun rêve matériel, de conditions de travail, de quantité (nombreux amis) ou d’expériences. » (L’obsession de la performance)

3. « La perfection  du caractère  consiste à passer chaque journée comme si c'était la dernière, à éviter l'agitation, la torpeur et l'hypocrisie. » a dit Marc-Aurèle. Pour le dire autrement : vivre au présent (et non dans le regret ou le désir), limiter les excès et respecter sa nature.

4. « J’appelle caractère d’un homme sa manière habituelle d’aller à la chasse au bonheur » a écrit Stendhal. A partir du moment où cette quête se fait avec les moyens du bord – sans recours à des gadgets ou substances chimiques – pourquoi pas en effet ?  Reste à savoir si cette quête du bonheur n’est pas une autre forme d’obsession de la performance (la tyrannie du bonheur) et si nous n’aurions pas tous intérêt à remplacer cette notion « parfaite » du bonheur par celle d’un bien-être plus terre à terre et facilement accessible. Voir mon ouvrage Les clés du bien-être.

5. « Caractère égal destinée » a dit Héraclite. Le Sage n’a pas vocation à maintenir le peuple dans la médiocrité (ou la caverne des illusions) et vise, par la philosophie, à une prise de conscience salvatrice.

6. Renforcer ou bien changer de caractère ?  Passer d’un « mauvais caractère » sous influence (des news, des commérages, des publicités, de la compétition,…) à un caractère plus naturel c'est-à-dire tourné vers la simplicité et la coopération.

 

Le Mendiant

 

[1] Voir Le Tao de l’Art d’aimer de Jolan Chang, Calmann-Lévy, 1977

Partager cet article

Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 08:00

Pourquoi corps et esprit doivent être unifiés. Pourquoi l’esprit devrait se mettre au niveau du ventre.

 

,  

xū qí xīn, shí qí fù,

Vide - Son/Leur – Cœur/Esprit, Solide - Son/Leur – Ventre

 

[xū] signifie vide, inoccupé, faux, timide, faible (santé) ou en vain. [qí] Cf. 1-5 [xīn] signifie cœur, pensées, sentiments, intentions, centre, noyau ou essentiel, Cf. 3-3. [shí] signifie solide, vrai, réel, honnête, fait, réalité, fruit ou graine. [fù]signifie ventre, abdomen ou estomac.

 

Traductions :

Vider le cœur, faire le vide dans le cœur, les consciences, les têtes, l’esprit des hommes, remplir leur ventre, faire le plein dans les ventres.

♥  « Vide les consciences mais emplit les ventres » (Ma Kou)

♣ « En purifiant leur esprit, en les nourrissant bien » (Shi Bo)

► Le sage limite les désirs inutiles et vide les cœurs ou les esprits des frustrations, « désirs et passions qui peuvent les troubler » (Conradin Von Lauer, Cf. 3-3.) tout en permettant à chacun de satisfaire ses besoins primaires, de s’alimenter, de s’assurer « que chacun ait de quoi mener une vie décente » (Didier Gonin). Le ventre est à considérer dans le sens de corps, d’organisme ou d’intérieur et pourrait être élargi aux besoins énergétiques, comme le précise Lu Yi sur le Forum du Tao : « La pratique principale de l'alchimie interne est de nourrir son Tantien (champs de cinabre situé dans le bas-ventre), on empli son ventre (chaudron d'énergie du ventre) de Qi (énergie), on respire dans son ventre. » 

 

taichi_nb.jpg

 

Contre-sens ?

en chinois désignant à la fois le cœur mais aussi l’esprit, les sentiments ou les intentions, il n’y a pas véritablement de contre-sens à ces différentes traductions. Il peut néanmoins sembler surprenant de « vider les cœurs » tandis que toutes les spiritualités s’accordent sur le fait qu’il convient de ralentir le flux de ses pensées, de limiter son mental, bref de se vider l’esprit, de se distancer de l’ego (Cf.1-5) Traduire par cœur est évidemment une erreur grossière (commise par Stephen Mitchell) même s’il est évidemment plus poétique de « remplir son cœur » que son ventre !  Le terme signifie davantage fortifier ou renforcer que remplir mais le choix de l’opposition entre les deux parties de la phrase permet de recréer la dynamique du yin et du yang : le vide alterne avec le plein… et l’on obtient alors « un esprit sain dans un corps sain » !

 

Vider les esprits mais remplir les ventres

 

Réflexions :

1. La priorité, avant toute réflexion philosophique, avant tout bien-être durable, demeure la satisfaction des besoins primaires : se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner. « On ne peut parler à un homme qui a faim qu’en terme de pain » disait Gandhi. Si l’essentiel manque, désirs et frustrations ne peuvent qu’être présents.

2. « Ce ne sont pas des ailes qu'il faut à l'esprit humain mais plutôt du plomb et du poids. » a dit Francis Bacon. « Le corps grandit en prenant de la taille. L'esprit grandit en perdant de la hauteur. » a fait remarquer Christian Bobin. Notre esprit étant la cause de toutes nos illusions, de tous nos malheurs, un recentrage sur le corps – pour autant qu’il soit sain – pourrait nous aider à retoucher terre et à accéder plus facilement à la Réalité.

3. Lu Yi sur le Forum du Tao : « Vu que corps, esprit et Qi (énergie vitale) sont reliés, il est parfois conseillé de travailler les trois, les uns agissant sur les autres: Taichi pour le corps, Qi gong pour le Qi, Méditation pour l'esprit (le Shen). Jing, Qi et Shen sont appelé les trois trésors. »

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0