Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 08:00

Comment le féminin est à l’origine du monde. Pourquoi la femme a naturellement une plus grande proximité avec le Tao.

 

,

xuán pìn zhī mén, shì wèi tiān dì gēn

Mystérieux – Femelle – [liaison] – Porte, Être – Appeler – Ciel – Terre - Racine

 

() [mén] Cf. 1-9 [gēn] signifie racine, base, cause, origine, fondation, source, entièrement ou complètement.

 

Traductions :

La porte/l’huis de la Femelle Mystérieuse est appelée, évoque la racine du Ciel et de la Terre, de l’univers. / Dans l'huis du principe féminin, du cœur de la femelle obscure se trouve, réside, sort la racine du ciel et de la terre

♥ « Les racines du ciel et de la terre s'élancent de sa porte mystérieuse » (Conradin Von Lauer)

► Les analogies de la procréation et de l’anatomie féminine sont évidentes, la « Demeure du Yin » signifiant la vulve.[1]  Ce passage n’est pas sans rappeler 1-3 et 1-4. De sa demeure sombre et obscure jaillit la vie.  « L’orifice yin (vagin), en tant que porte, est l’organe de la vie  et de la mort, il est ce qu’il y a de plus essentiel, c’est pourquoi on le désigne comme la « racine ». Le pénis de l’homme est aussi désigné comme la « racine » précise Catherine Despeux (p.231)

 

Contre-sens ?

« La porte d’où vient cette femelle mystérieuse » de Rémi Matthieu donne un tout autre sens à la phrase : la porte serait alors celle du Tao, de même qu’en 1-9.  Mais tout ne provient-il pas du Tao ?

 

originedumonde_gustavecourbet_nb.jpg

L'origine du Monde, Gustave Courbet, 1866

 

La porte de l’obscur féminin est appelée racine du ciel et de la terre


Réflexions :

1. La femme n’est pas un homme comme les autres. Elle est la mère de tous les êtres et devrait être vénérée comme telle. Ainsi « Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse. » (Euripide)

2. Pousser les femmes à travailler au détriment d’une maternité sereine, via une pression sociétale ou économique, revient à les couper de leur nature et à générer stress et frustrations. Rien de pire qu’une femme qui se comporte comme un homme tandis que le contraire ferait du bien à la planète et au genre humain. Ainsi, « une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l'homme. Une femme intelligente y renonce. » (Colette)

3. La création de toute vie est féminine tandis que la destruction est trop souvent masculine. Pierre Rabbhi écrit ainsi qu’il est « jaloux des femmes » et a fait campagne pour la présidentielle en 2002 avec ce slogan : « Le féminin au cœur du changement. »

4. « Dépourvue d'âme, la femme est dans l'incapacité de s'élever vers Dieu. En revanche elle est en général pourvue d'un escabeau qui lui permet de s'élever vers le plafond pour faire les carreaux. C'est tout ce qu'on lui demande. » (Pierre Desproges)

5. « Dans l’ensemble, il est plus facile pour une femme de sentir son corps et de l’habiter. Par conséquent, elle est naturellement plus près de l’Etre et donc potentiellement plus près de l’illumination qu’un homme. C’est pourquoi de nombreuses cultures anciennes choisissaient instinctivement des personnages ou des symboles féminins pour représenter ou décrire la réalité transcendantale. Cette dernière a souvent été symbolisée par la matrice qui donne naissance à toute chose dans la création et qui la sustente et la nourrit durant sa vie en tant que forme. […] Les femmes « incarnent » virtuellement le non-manifeste. Qui plus est, toutes les créatures et toutes les choses doivent retourner à la source. […] La déesse ou la divine mère a deux aspects : elle donne la vie et elle la reprend. » (Eckhart Tolle[2])

6. En résumé, « Si l'homme était un fleuve, la femme en serait le pont » (Proverbe arabe), elle qui se connecte déjà avec le ciel et la terre…

7. Ecouter l’émission Les racines du ciel sur France culture, lire Les racines du ciel de Romain Gary et voir le film La source des femmes de Radu Mihaileanu.

 

Le Mendiant

 

[1] Jolan Chang, Le Tao de l’Art d’aimer, Calmann-Lévy, 1977, p.150

[2] Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent, Ariane Editions, 2000, p.181

Partager cet article

Repost0

commentaires