Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 08:00

Pourquoi le sage, à l’image de la nature, est par-delà le bien et le mal. Pourquoi la mort ne l’affecte pas.

 

,  

shèng rén bù rén, yǐ bǎi xìng wéi chú gǒu

Sheng Ren – Pas – Sensible, Ainsi – Cent – Famille - Signifier/Devenir – Chien-de-paille

 

[bǎi]signifie cent, nombreux ou tout type de. [xìng]signifie surnom ou nom de famille.  [bǎi xìng] signifie ainsi les cent familles et par extension le peuple. Catherine Despeux rappelle que « dans l’Antiquité, seules les familles nobles portaient un nom de famille. C’est seulement à partir des Han que la pratique s’étendit à l’ensemble de la population. » (p.227) 

 

Trad. 1 :

Sheng Ren, le Sage, le Saint-homme, le Maître n'a pas de prédilection, d'affections particulières, humaines, de vertu d’humanité. Il regarde, traite, les cents familles, le peuple, les autres, comme chien de paille.

♥ « Au Sage non plus point d'affections. Le peuple lui est chien-de-paille. » (François Huang et Pierre Leyris)

► Le Sage – qui prend exemple sur le ciel et la terre – se place au-delà des sentiments et des affections courantes, notamment vis-à-vis des autres dont il perçoit le caractère éphémère. Selon le commentaire du Maître du Bord du Fleuve « le sage considère les cent familles comme un fétu de paille ou un chien domestique, il n’attend d’eux aucun égard, ni aucun sens du rituel. » (Despeux, p.225)

 

Trad. 2 :

« Le Maître ne prend pas parti; il accueille les pécheurs comme les saints. » (Stephen Mitchell)

► Continuité de cette traduction très libre avec une notion de péché ici caricaturale, le rituel des chiens-de-paille symbolisant moins le fait d’excuser ses fautes (謝過 [xièguò]) que de laisser faire la nature et accepter le départ. On retrouve néanmoins cette notion (ridicule) de morale et de distinction bon/mauvais dans le commentaire de « Je me tourne vers vous » : « le sage […] traite avec humanité les bons, mais non les méchants. […] les souffles essentiels de l’homme vulgaire ne sont pas proches du ciel et, quand cet homme est en danger de mort, le ciel l’ignore. » (Despeux, p.224)

 

mort nb

 

Contre-sens ?

A nouveau, le Sage n’est ni rude ni malveillant et il reste évidemment humain ! Il est simplement dans le non-ressenti, la non-sensibilité, en cohérence avec le non-agir.  

 

♫  Au sage détaché, autrui chien-de-paille

« Ciel et Terre sont impartiaux, les quatres saisons se succèdent sans relâche. Le saint, à leur image, supporte et abrite tous les êtres. » (Les Quatre Canons de l’empereur Jaune, p.130)

 

Réflexions :

1. « Le drame avec la vie, c’est qu’on ne s’en sort pas vivant » (Michel Audiard). Tout comme les chiens-de-paille, prenons soin des vivants, avec délicatesse lorsqu’ils nous accompagnent puis laissons-les disparaître, « vivre leur mort », sans attachement excessif.

2. La mort fait partie de la vie et il est illusoire de lui attacher un jugement positif ou (la plupart du temps) négatif. Nous devrions prendre un peu de hauteur (vers le ciel) ou retoucher terre (pour ceux qui espéraient l’immortalité) afin de considérer la mort comme un processus naturel.

3. Il est de tradition chez nous de pleurer nos disparus. Dans d’autres pays, en Chine notamment, c’est le contraire : il convient de rire et de faire jouer de la musique gaie. Nous avons le choix : il est possible de considérer la mort comme une macabre tragédie ou alors comme une fête destinée à célébrer le passage d’un état à un autre : la vie de mort commence !

4. Se rappeler de la mortalité des autres permet de mieux les apprécier de leur vivant. « Si tu embrasses ton enfant, ton frère ou ton ami, ne t’abandonne pas sans réserve à ton imagination […] rappelle-toi que tu aimes un mortel, un être qui n’est aucunement toi-même. Il t’a été accordé pour le moment, mais pas pour toujours, ni sans qu’il puisse t’être enlevé… Quel mal y a-t-il à murmurer entre ses dents, tout en embrassant son enfant : « demain il mourra » (Epictète, Entretiens)

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0

commentaires