Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 08:00

Pourquoi une civilisation du bruit créée nécessairement de multiples tensions. Pourquoi le silence facilite notre compréhension du Tao.

 

yīn shēng xiāng hé

Son - Voix - Mutuellement - S'harmoniser

 

[yīn] signifie le son, le bruit, les nouvelles [shēng] signifie le son, la voix, le ton, la réputation. Les deux caractères désignant plus ou moins la même chose, on en vient à s’interroger sur l’absence de contraste : le bruit subi par rapport à la voix ou au son maîtrisé ?  Shi Bo donne un élément de réponse : « Selon les anciens, le mot "voix" signifie la prononciation simple tandis que le mot "son" est la composition d'une série d'articulations rythmées et musicales. » Quoi qu’il en soit, on se serait plutôt attendu à un « silence et bruit s’accordent » ou à un « Le son et le silence créent l'harmonie » (Conradin Von Lauer). C’est également le choix de Jonathan Star. [hé] signifie harmonieux, gentil, paix, ensemble avec ou la somme (mathématiques).  

 

J’ai décrit la Chine (dans mon livre 1,2 milliard de martiens 十二亿火星人) comme la « Civilisation du bruit » mais il serait injuste de ne pas généraliser cet aspect de la société au monde capitaliste ou signaler que la Chine possède également ses zones de silence, histoire sans doute de justifier la présence dans le dictionnaire de trois mots différents. Le silence, c'est d'abord être calme et solitaire 寂静 [jìjìng]. C'est aussi l'absence de voix 无声 [wúshēng]. C'est enfin une personne qui est réticente à communiquer 沉默 [chénmò]. Le silence n'existe donc pas véritablement en lui-même mais se traduit plutôt par l'absence de quelque chose ou un isolement par rapport à la société. 

 

 

neige_nb.jpg

 

 

Traductions :

Le son et la voix, le son et le bruit, les tons et la voix, notes et sons consonnent, s’accordent, s’harmonisent ensemble, entre eux.

► Les sons, le bruit de la nature s’accordent (ou s’additionnent ?)  avec le son, la voix des hommes.  

 

♫ Bruit et silence s'harmonisent

En effet, « le silence est la sieste du bruit » (José Artur) ou « du temps perforé par des bruits » (Marc de Smedt)

 

Réflexions :

1. « Si le silence pouvait hier être considéré comme d’or, il mériterait aujourd’hui d’être au moins de diamant ou de platine : le monde moderne casse littéralement les oreilles ! […] Notre bien-être passe ainsi, de temps en temps, par des périodes de récupération au calme relatif de la nature. Nous ne sommes jamais loin d’un jardin public où l’on pourra, durant quelques minutes, se concentrer sur le chant des oiseaux. » (Les clés du bien-être)

2. « J’écoute le chant de l’oiseau non pour sa voix, mais pour le silence qui le suit » (Noguchi Yonejiro) Pour apprécier ce qui existe, il faut l’entourer de rien !  Et pour laisser ses sens s’exprimer, il convient de leur laisser du vide !  « Les notes, je ne les joue pas mieux que bon nombre de pianistes. Mais les silences entre les notes – ah ! c’est là où réside l’art » disait ainsi le grand pianiste Arthur Schnabel.

3. « J’ai fréquemment besoin de plusieurs jours de silence pour me remettre de la futilité des mots » disait Carl Jung. En effet, « dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel » (Camille Belguise.) Ainsi, « parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence » (Euripide) car « le silence est l'âme des choses » (Proverbe français), « l'aboutissement suprême du langage et de la conscience » (le Clézio), « le plus haut degré de la sagesse » (Pindare)

4. « Le silence permet de garder le contrôle, d’avoir toujours une méditation d’avance, d’être un pas plus loin que le discours et ses thèses. Il est spécifiquement de l’ordre de la synthèse. » (Marc de Smedt[1]  Et si nous prenions donc quelques temps de silence chaque jour afin d’intégrer le Tao en nous ?

 

Le Mendiant

 

[1] Marc de Smedt, Eloge du silence, Albin Michel, 1986, p.48
Partager cet article
Repost0

commentaires