Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 08:00

Pourquoi la non-action, le non-attachement est gage d’immortalité. Pourquoi le Sage est par voie de conséquence solitaire… et connecté avec le monde.

 

,  

fū wéi fú jū, shì yǐ bù qù

Homme - Seul - Non - Résider - Être – Ainsi - Non – Aller

 

[fū] signifie homme ou mari  [wéi] signifie seulement ou seul. Solitaire se traduit ainsi notamment par 唯一的 [wéiyīde]   [jū] Cf. 2-14.  [yǐ] signifie à cause de, parce que, afin de, ainsi. Cf. 1-5  [qù] signifie aller, partir, enlever ou se débarrasser de.

 

Trad.1 : En évitant l’attachement, les dix mille êtres ne le quittent pas, il n’est pas abandonné.

► Si cette traduction prend en compte l’idée de solitude, on imagine tout de même mal le sage entouré d’une multitude d’admirateurs… Néanmoins, « Si ses disciples  manquent de mémoire, de gratitude, comme il n’attendait rien, n’ayant voulu que faire ce qu’il avait à faire, il ne saurait se sentir abandonné » (Marcel Conche, p.51)

 

Trad.2 : Comme il ne s’y attache pas, il se maintient, ses œuvres se maintiennent, ne passent pas, son mérite n’est jamais perdu, son œuvre est accomplie

♥ « Et, par là, il les rend éternelles. » (Conradin Von Lauer)

♣ « Et dans cet abandon. Ne demeure pas abandonné. » (Ma Kou)

► Accomplie naturellement, sans force, l’œuvre (ou le mérite) est dans l’esprit du Tao et s’inscrit donc dans la durée. Alternativement, l’œuvre (ou le mérite) ne s’accomplit correctement que parce qu’il n’y a pas attachement vis-à-vis de sa réalisation.

 

 

solitude_nb.jpg

 

Contre-sens ?

De belles envolées lyriques dans les traductions proposées… L’idée d’abandon concerne-t-il les dix-mille êtres, l’œuvre du sage, ses mérites ou bien le sage lui-même ?  Je vous abandonne pour ma part le soin de choisir !

 

♫ Solitaire, sans attache, présence

Solitaire (ou homme seul) , sans attache (ou sans attachement) (même sens donc que 2-14), il ne part pas, il ne se disperse pas et donc se maintient, est présent, devient immortel.

► Le sage, déconnecté de la société matérialiste, étranger aux valeurs marchandes, sans éclat, simple voire dépouillé en apparence, a vocation à la solitude et au détachement dans l’instant et à l’endroit présent… et c’est alors que le monde vient à lui !  Cette vision semble corroborée par Lie Zi qui met en garde contre les admirateurs : « Pourquoi impressionner ces gens en montrant vos talents ? […] Ces gens qui viennent à vous n’ont rien à vous dire. Leurs paroles futiles sont un poison. Vous ne vous éveillez pas, vous ne comprenez pas. Comment vous éloigner d’eux ? » (II-14, p.50) Olivier, sur le Forum du Tao : « Le taoïste parvient à placer son Non Être sur la vague du Tao, ce faisant il ne craint plus rien. C’est en cela qu’il peut se qualifier d’Immortel. »

 

Réflexions :

1. Le Sage se place naturellement en dehors de la société, en dehors des préjugés de la foule ou des manipulations consuméristes, de même que le Daode Jing fut écrit par un Lao Zi quittant un pouvoir corrompu.

2. « La liberté signifie la responsabilité. C’est pour cette raison que la plupart des gens la craignent » a dit George Bernard Shaw.  La liberté de vivre en conscience dans le flux du Tao serait à n’en pas douter moins stressant.

3. « La liberté consiste à placer notre âme au-dessus des injures, à se faire tel que les raisons de se réjouir viennent de soi tout seul, à détourner de soi les choses extérieures pour n’avoir pas à mener la vie inquiète d’un homme qui craint les rires et les langues de tout le monde […] Ne pas être vaincu, être quelqu’un contre qui la Fortune ne peut rien, c’est appartenir à la république du genre humain. » a dit Sénèque. [1] Placer au Tao au dessus de notre petite condition d’homme n’aboutirait-il au même résultat avec une moindre égocentricité ?

4. « On n’est pas libre lorsqu’on n’est pas maître de soi » a dit Démophile. La présence est gage de liberté et la liberté gage de présence. Néanmoins, accepter le Tao comme "Maître" ne permettrait-il pas d’avoir une vision de la liberté plus réaliste et donc plus humaine ?  Vaine prétention que de penser pouvoir tout contrôler pour soi ou en soi…

 

Le Mendiant

 

[1] Sénèque, De la constance du sage, p.48-49

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Patricia 01/04/2011 10:24


Ca alors, un poisson d'avril ! Il est plutôt réussi ! Suis-je la seule à avoir mordu à l'hameçon de la déception ? J'en suis comme deux ronds de flan ! Mais au fait, les gags, ce n'est drôle que
pour ceux qui les font non ? (rire)


Tao 01/04/2011 11:06



Oui la seule mais cela signifie simplement que vous avez été la plus rapide à lire l'article! Et effectivement, c'est sans doute la perspective de faire une blague plutôt que la blague elle-même
qui est réjouissante



Patricia 01/04/2011 09:03


Oh, c'est bien dommage ! Je m'y habituais, y apprenais et me réjouissais de la suite à venir. J'ai partagé quelques séquences sur mon profil Facebook aussi, ouvert à tous... La façon dont vous
présentiez cette traduction était pourtant très digeste. Si vous reprenez Benoît, faites-moi signe ! ...Et merci.


Tao 01/04/2011 09:49



Poisson d'avril!  Merci beaucoup Patricia pour ce message d'intérêt. Non, rassurez-vous, je n'arrête pas encore... même s'il est vrai que les interactions sont limitées et que ce blog me
prend beaucoup de temps. A titre personnel, l'exercice du Tao me fait beaucoup de bien et j'entends donc le prolonger autant que possible. Les commentaires reçus m'offrent également de très
belles découvertes. Bientôt le commentaire général sur le chap 2 et un temps d'arrêt pour essayer, encore et toujours, d'intéresser d'avantage de personnes à l'aventure. Frat'airnellement,


Benoît Saint Girons



PS: Effacé depuis, voici ce que j'avais noté en bas de page de l'article du 1er avril:
"Ainsi se termine le chapitre 2… et la fin de l’aventure. Je n’ai pas en effet réussi à intéresser suffisamment de compagnons de cordée pour justifier la continuité de l’ascension. Je continuerai
évidemment à étudier le Daode Jing à titre personnel mais la publication sur ce blog me prenait trop de temps. Merci à tous les lecteurs et à ceux qui, de par leurs commentaires, ont contribué à
enrichir la réflexion. Que le flux du Tao soit toujours avec vous !"