Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2018 3 28 /03 /mars /2018 08:00

Pourquoi il est illusoire d’attendre ou d’espérer. Pourquoi il est primordial de se centrer sur le présent. Pourquoi faire de son mieux est la seule exigence réaliste.

 

wéi ér bù shì

Agir/Devenir - [conj.] - Pas - Dépendre de

 

[wéi] signifie faire, servir en tant que quelque chose, agir, devenir ou signifier. Cf. 2-1  [shì] signifie dépendre de, compter sur.

 

Trad.1 : Il les aide, il les perfectionne mais ne s’appuie pas sur eux, ne compte pas sur eux,…

♥  « Il y contribue sans mépriser les autres » (Shi Bo)

► Le Sage aide mais n’a besoin de personne, n’attend pas de récompense et n’est pas présomptueux ou orgueilleux de sa sagesse.

 

Trad.2 : Il accomplit sa tâche, accomplit son œuvre, œuvre, agit, travaille, sans s’en prévaloir, sans rien attendre

♥ « (Il) agit sans rien attendre » (Liou Kia-hway ou Ma Kou)

► Le Sage fait, de son mieux, ce qui doit être fait, dans l’instant présent, sans arrières pensées. Il revient vers lui, en lui, vers son essence propre, devient ce qu’il est et n’attend ainsi rien en retour.

 

Contre-sens ?

Tout le sens de la phrase repose sur que l’on avait déjà vu apparaître en 2-1, 2-2 et surtout 2-9 avec le fameux concept du non-agir . Il semble curieux que Lao Zi se répète quatre lignes plus bas mais il est clair qu’il y a une continuité avec 2-12, la structure de la phrase étant la même.

 

 

accomplissement_nb.jpg

 

 

S’accomplit sans rien attendre

Tout comme le Tao ne cesse de se transformer, le Sage ne cesse de devenir ce qu’il est potentiellement. L’œuvre du Sage est sa vie en elle-même…

 

Réflexions :

1. Le temps, qui passe inexorablement, transforme naturellement les hommes qui y sont réceptifs. « Ce qui est le plus accompli a encore tout l’avenir pour s’accomplir » dit Lao zi un peu plus loin. Le Sage sait cela et laisse sa destinée s’accomplir. C’est le « deviens ce que tu es » de Nietzsche au quotidien !

2. Carpe Diem d’Horace, ode à la vie ! « Il s’agit bien de jouir du moment présent et d’en connaître les plaisirs mais de façon naturelle, sans détour ! Il n’y a là aucune invitation à la débauche mais, au contraire, une invitation à la raison. C’est en soi, dans son esprit, que l’on peut et doit trouver son contentement et non pas à l’extérieur ou par le biais de substances chimiques. Je possède le jour, mais je n’en suis pas possédée. » (Le Mendiant et le Milliardaire)

3. Faire de son mieux est naturel et rien de plus ne saurait légitimement être demandé. Au diable les pressions du système ! Il s’agit de faire ce qui doit être fait, au présent, en suivant l’harmonie du Tao, sans se poser de questions. Au fur et à mesure des pierres portées à l’édifice, l’œuvre prendra forme, sans forcer, à son rythme. Ce sont dans ces conditions qu’elle aura le plus de chance de se maintenir car elle reflètera alors le Tao !

4. Le sage n’est pas dans le développement mais dans le devenir. Il ne vise pas à une croissance externe afin de briller en société mais à une décroissance des désirs, à une libération des pressions externes, afin de retrouver le contact avec le Tao, avec sa nature. Le contentement personnel et la simplicité volontaire sont ainsi deux voies qui limitent les frustrations et les attachements.

5. Être « dans la conscience et le respect de ce qui est et de ce qui se vit, de ce que je vis ». Être « dans la présence de l’instant, dans l’acceptation de ce qui est, et non dans le vouloir de ce qui n’est pas ou ne peut être. C’est faire un avec ce qui est, se situer dans l’unité […] » (Xavier Cornette de Saint Cyr[1])  Comme le disait Epictète : « Ne demande pas que ce qui arrive arrive comme tu veux. Mais veuille que les choses arrivent comme elles arrivent, et tu seras heureux. »

 

Le Mendiant

 

[1] Xavier Cornette de Saint Cyr, Petit traité de sagesse bouddhiste à l’usage des occidentaux, Editions Jouvence, 2011, p.142

 

Partager cet article

Repost0

commentaires