Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2019 7 02 /06 /juin /2019 08:00

Pourquoi il est question de préjugés. Comment l’introspection conduit à la perfection. 

 

dí chú xuán lǎn néng wú cī hū

Laver – Eliminer – Profond/Mystérieux – Regarder – Pouvoir – [Négation] – Défaut – [Interrogation]

 

 

() [dí] signifie laver ou rincer. [chú] signifie enlever, éliminer, se débarasser de ou diviser.  [xuán] signifie noir, sombre, profond, obscur, abscons, peu fiable, incroyable ou mystérieux, Cf. 1-8. () [lǎn] signifie regarder, voir ou lire. [cī] signifie défaut, faute, imperfection.

 

Trad.1 :

Peux-tu laver et nettoyer ta vision intime, en purifiant ta vision première, peux-tu être sans tache ?

♥  «Peux-tu purifier ta vision interne / originelle jusqu'à la rendre immaculée ?» (François Huang et Pierre Leyris ou Liou Kia-hway ou Richard Wilhelm : cette phrase a donné du fil à retordre aux traducteurs et certains ne se sont donc pas compliqués inutilement l’existence…)

► Le sujet est la vision elle-même, le regard, susceptible de devenir sans défaut.

 

Trad.2 :

« Pratique la purification, l'élimination et la contemplation du Mystère Profond, tu peux alors être sans défaut. » (Henning Strom)

► Le sujet sans défaut est cette fois l’être qui contemple le Mystère, traduction de, Cf. 1-8

 

bulle_eau_nb.jpg 

Trad. 3 :

Peut-on purifier/nettoyer le miroir mystérieux/sombre/obscur/insondable/secret (de ton âme) pour avoir une vision pure et propre, jusqu'à le laver de toute impureté, le rendre sans tâche ?

♥  «Peut-on purifier le miroir secret jusqu'à rendre le regard pur ? » (Ma Kou)

► Pour Shi Bo « le miroir mystérieux est l'âme détaché de tout désir ».  Fort bien sauf que ce terme de miroir, que l’on retrouve dans plusieurs traductions, n’apparaît pas en chinois…

 

Contre-sens ? 

Les interprétations sont à nouveau légions : « S'il se délivre des lumières de l'intelligence, il pourra être exempt de toute infirmité (morale) » ose Stanislas Julien. « Au-delà du réel, scruter le miroir poli par le regard de l'âme et se laisser aspirer par la lumineuse obscurité. » poétise Conradin Von Lauer.  « Peux-tu purifier ta vision intime jusqu'à ne rien voir d'autre que la lumière ? » s’interroge Stephen Mitchell.  « Pur de toute souillure, contemplant l'Originel, saurez-vous y voir les êtres comme ils sont. » renchérit le Père Larre. « S’abstenir des considérations trop profondes, pour ne pas s’user. » interprète Léon Wieger. « Se purifier en s'abstenant de scruter les mystères, pour rester sain » complètent Marc Haven et Daniel Nazir en inversant les négations… Ouf !

 

♫ Peut-on, en se purifiant (en profondeur), regarder (le Mystère) sans préjugés ?

Cette phrase est à rapprocher de 1-5 : vide d’ego, purifié, sans préjugé, je peux observer l’essence du mystère. Il s’agit toutefois là d’une interprétation – une de plus – qui ne correspond pas tout à fait  à l’ordre des caractères : en toute logiquedevrait alors se trouver après.  La place dedéterminera ainsi l’une ou l’autre des versions.

 

♫ Peut-on, en se purifiant, en se sondant, redevenir sans défaut ?

ou « en se regardant en profondeur ». Une invitation à l’introspection et au « connais-toi toi-même » de Socrate ?

 

Réflexions :

1. « Nos premiers mouvements de l’âme sont nos préjugés » a dit Platon mais cela ne s’adressait pas au nouveau-né, Cf.10-2.  Au commencement, il y a acceptation de ce qui est. Ensuite seulement, sous influence de l’ego, arrivent les interprétations et c’est pourquoi, au final, « Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu'un atome » (Einstein)  Remettre en cause un préjugé, c’est nous remettre en question et il n’en est pas question !

2. « Le rire pur, le rire d'enfant, commence avec la pleine acceptation de nos erreurs et préjugés. » a écrit Arnaud Desjardins. Mais l’innocence ne consiste-t-elle pas plutôt à ne pas avoir conscience des erreurs commises, à être naïf ou ignorant ? Sans savoir, comment en effet avoir des préjugés ?

3. La notion de purification renvoie à l’eau de 8-1 et à l’idée de perfection. L’innocence, dans une logique chrétienne, est obtenue par le sacrement du baptême qui nettoie du péché originel, lave de la tâche fondamentale. Un retour en soi, une plongée dans ses entrailles, une introspection aboutirait-il au même résultat ? « J’appelle ici préjugé, non pas  ce qui fait qu’on ignore de certaines choses, mais ce qui fait qu’on s’ignore soi-même » a écrit Montesquieu dans L'esprit des lois.

 

Le Mendiant

Partager cet article

Repost0

commentaires